Allergies aux pollens

Date: 07/04/2020 16:02

Catégories : abilis

Quels sont les symptômes de l'allergie au pollen ?
Écoulements nasaux, éternuements, yeux rouges et larmoyants et qui démangent et difficultés respiratoires : les symptômes de l'allergie au pollen – communément nommée rhume des foins – sont divers et varient en fonction des sujets atteints. Les personnes souffrant d'asthme peuvent ressentir une aggravation de leur état. En fonction de l'inconfort ressenti, votre pharmacien partenaire Abilis vous conseillera les médicaments qui vous conviennent le mieux.

Si les symptômes sont plus forts, tels que maux de tête, sécrétions nasales jaunâtres, problèmes de vision, il est recommandé de consulter un médecin car d'autres affections plus graves, telle qu'une sinusite par exemple, peuvent y être liées ou en découler.

La période symptomatique permet en général de déduire à quels pollens la personne affectée est sensible. Cependant, l'élargissement des périodes polliniques liées au réchauffement climatique peut occasionner des symptômes quasi persistants (rhinite perannuelle), pour lesquels un bilan plus approfondi est recommandé.

Quel traitement pour les allergies au pollen ?
Votre pharmacien partenaire Abilis est le mieux placé pour vous délivrer le traitement le plus efficace contre les allergies au pollen et le rhume des foins, tenant également en compte vos éventuels autres traitements en cours. Pour autant que cela soit possible, demeurer à l'intérieur de son lieu d'habitation avec les fenêtres fermées, les jours où la pollinisation est particulièrement forte, et aérer son appartement surtout la nuit contribue à se préserver de réactions allergiques trop aigües. Le port de lunettes de soleil protège partiellement les yeux du pollen. Les voitures peuvent être équipées de filtres anti-pollen.

Les personnes très sensibles peuvent recourir à un traitement antihistaminique préventif, avant le début de la saison. Des effets secondaires sont cependant possibles, notamment un sentiment de fatigue important, et la conduite d'un véhicule ou le travail sur des machines peut s'avérer dangereux. Certains médicaments, en particulier ceux à base de cortisone, ne sont délivrés que sur ordonnance et il est nécessaire de consulter un médecin. En cas d'asthme, l'inhalation de sprays corticoïdes permet de dilater les bronches et de soulager une éventuelle crise aigüe.
Lorsque l'intensité des réactions allergènes est moindre, certaines gouttes ophtalmiques (collyres) et sprays nasaux soulageront efficacement la personne sensible. Certaines méthodes de médecine complémentaire (vitamines, acupuncture, homéopathie, phytothérapie, médecine traditionnelle chinoise TCM) peuvent également atténuer les symptômes des allergies au pollen et peuvent être combinées avec la médecine classique.

Peut-on envisager une désensibilisation ?
Une désensibilisation (immunothérapie spécifique, hyposensibilisation) peut être envisagée auprès d'un allergologue, qui doit avant tout s'assurer que les troubles sont effectivement occasionnés par une allergie. Des tests cutanés permettent notamment d'identifier en quelques minutes les origines les plus importantes d'une allergie pollinique.  Les désensibilisations les plus efficaces se font par injection sous-cutanée d'une solution thérapeutique, dont la concentration est peu à peu augmentée afin d'apprendre au système immunitaire à ne plus avoir de réaction excessive lorsqu'il rentre en contact avec l'allergène concerné.
Chez les patients pour lesquels un traitement par injections n'est pas réalisable (p. ex. enfants), l'immunothérapie sublinguale (gouttes et comprimés) est également possible mais n'est pas encore disponible pour tous les allergènes. Le processus de désensibilisation est long. Le traitement doit être effectué de façon régulière et peut durer de trois à cinq ans.

La désensibilisation est-elle possible pour tous les individus ?
L'immunothérapie allergénique n'est pas toujours possible et doit être soigneusement évaluée dans certains cas:

  • asthme grave ou mal contrôlé
  • cancer
  • maladie cardiaque ou pulmonaire
  • hypertension non traitée
  • prise de certains médicaments
  • maladies auto-immunes graves ou immunodéficience non traitée
  • absence de collaboration du patient (observance insuffisante)

En Suisse, chez les enfants, l'immunothérapie allergénique est autorisée à partir de 5 ans. Chez la femme enceinte, on attend la naissance de l'enfant avant d'initier une immunothérapie allergénique.

Quels sont les pollens de graminées ?
Les graminées sont des plantes que l'on trouve dans les champs, les prairies ou les gazons. Il en existe en Suisse plus de 200 espèces et leurs pollens, presque tous allergisants, sont difficiles à distinguer. Leur forte dissémination, la grande quantité de pollen libérée et la longue période de floraison en font les plus importants pollens allergènes dans notre pays. Près d'un quart de la population y est sensible. Selon les régions, leur floraison a lieu essentiellement entre mi-avril et août, avec un pic d'intensité de mi-mai au mois de juillet. Certains arbres et herbacées (les "mauvaises herbes") libèrent également des pollens allergisants.

Quel est le calendrier des allergies au pollen ?
En Suisse, les premiers pollens peuvent apparaître dès le mois de février, avec la floraison des noisetiers et des aulnes, et la saison pollinique se poursuit jusqu'au mois de septembre. MétéoSuisse édite chaque année sur son site un calendrier pollinique, établi sur la base des conditions météorologiques et de leur impact sur la saison pollinique. Ce calendrier varie en fonction des régions de Suisse concernées. Une brochure "Calendrier pollinique régional", présentant les données annuelles moyennes de chaque région de Suisse, peut aussi être téléchargée depuis ce site et apporte une aide précieuse pour le diagnostic et la prévention des allergies au pollen.

La hausse des températures dues au changement climatique implique une saison pollinique qui débute plus tôt, voire ininterrompue, avec des intensités plus fortes pour certains types de pollen.
www.meteosuisse.admin.ch/home/climat/climat-de-la-suisse/informations-pollens.html

Le Centre d'Allergie Suisse fournit des données quotidiennes sur les prévisions polliniques dans les différentes régions de Suisse. Le site répertorie également des informations détaillées sur les plantes allergéniques et leur degré d'allergie, ainsi que sur la pollution atmosphérique et les microparticules qui peuvent avoir un impact aggravant sur les symptômes allergiques ressentis.
L'application Pollen-News, disponible sur iTunes et Google Play Store, donne pour sa part accès à une foule d'informations et de conseils utiles pour prévenir et soigner les réactions allergiques.
https://www.pollenundallergie.ch/infos-sur-pollens-et-allergies/informations-polliniques/prevision-pollinique/?oid=1828&lang=fr

Votre pharmacien partenaire Abilis vous dispensera de précieux conseils, tenant compte de la région dans laquelle vous habitez, de la période de l'année mais aussi de votre situation personnelle et des éventuels traitements qui vous sont déjà prescrits.

Quels sont les pollens allergènes les plus fréquents en Suisse ?
Cela dépend des régions et des saisons. Mais on peut globalement citer, parmi les principaux arbres et plantes concernés:

  • le noisetier
  • l'aulne
  • le frêne
  • le bouleau
  • le chêne
  • les graminées 
  • le châtaignier
  • l'armoise
  • l'ambroisie

Est-ce que les allergies au pollen fatiguent ?
L'allergie au pollen active le système immunitaire. Celui-ci réagit aux protéines des pollens en libérant des anticorps dirigés contre des substances qui sont en fait anodines. Il s'agit donc d'une réaction excessive du système immunitaire (hyperactivité) induisant un état de fatigue qui peut fortement varier d'un individu à l'autre et se révéler parfois important. La prise d'antihistaminiques provoquant également un état de fatigue et de somnolence et une baisse de la concentration, il est recommandé de ne pas conduire et de ne pas travailler sur des équipements ou des machines représentant un quelconque danger.

Note :
Les informations ci-dessus sont non exhaustives et données à titre indicatif. En cas de doute ou d’interrogation, renseignez-vous auprès de votre pharmacien partenaire Abilis ou consultez votre médecin.

Sources :
Centre d'Allergie Suisse
Organisation Mondiale de la Santé OMS
Office fédéral de la santé publique OFSP
Swissmedic
Revue Médicale Suisse
MétéoSuisse

Retour à la liste des actualités